Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'12 : Mon petit bilan de la semaine

Voilà, cette 36ème édition du Festival International du Film d'Animation d'Annecy vient de s'achever après une semaine gorgée de projections, de rencontres et de découvertes. Que peut-on en dire ?

Déjà que la météo n'a pas été des plus clémentes. Comme le montrent les deux photos ci-dessous prises vendredi midi à Bonlieu, les festivaliers avaient intérêt à avoir emporté leur petite laine et leur parapluie pour tenir toute la semaine. Et vu le nombre de toux qu'on pouvait entendre dans les salles au fil des jours, nul doute que certains ne sont pas rentrés chez eux en parfaite santé...

Oh, le beau temps...
Ah oui, pas détrempé le Pâquier...
Ce serait sympathique également un jour d'avoir une salle Presse un peu plus grande, un peu plus fournie en tables et en plus avec un réseau Wifi qui tourne bien. Histoire de ne pas avoir à attendre que la bibliothèque ouvre à 12h30...
(Je sais, j'abuse, je me plains alors que c'est déjà une sacrée chance d'avoir un badge presse...)

La salle Presse, bien remplie...
OK, on va voir ailleurs...
Côté films, pour ceux que j'ai pu voir, on ne peut pas dire que la légèreté et l'insouciance aient été les mots d'ordre. Peu de gros éclats de rire, et un certain nombre de films un peu sombres, voire franchement dépressifs. Naissances douloureuses, manque d'amour, violence, déracinement, envies morbides... Après tout, le film de la cérémonie d'ouverture s'appelait quand même Le Magasin des suicides ! Et le long métrage gagnant parle d'un homme injustement emprisonné et mort après une grève de la faim. Inutile de dire que l'amour qui était une des thématiques de cette édition a eu un peu de mal à se faire entendre...
Mais n'est-ce pas normal ? L'animation est une création humaine et ne peut donc que refléter l'état d'esprit des hommes face à un monde qui connaît pas mal de difficultés voire de catastrophes en ce moment, entre crises financières et peurs énergétiques. Sans compter le printemps arabe, les massacres syriens ou la colère québecoise. Nulle doute que les prochaines éditions montreront aussi leur lot de films faisant référence à tous ces bouleversements actuels, à cette société qui change et qui tâtonne.

Pour ma part, en dehors d'un petit raté jeudi - mais je devrais quand même savoir, au bout de onze ans, que le jeudi est difficile -, je garde surtout en tête le début du Festival et notamment Couleur de peau : miel, avec la découverte d'un très beau film, la rencontre avec l'équipe de production et la dédicace de Jung. Un triptyque franchement sympathique.
Je ressens en tout cas beaucoup de respect pour tous ces créateurs, auteurs, réalisateurs, dessinateurs, qui avec leurs moyens, leurs méthodes, leur talent, leurs techniques, se battent pour se faire entendre, passer un message, exister, partant de rien pour inventer. Même s'ils ne me parlent pas tous, même si le résultat peut parfois être chiant, torturé, indigeste, rébarbatif, obscur, tous me laissent admirative devant un tel déploiement d'énergie et une telle foi dans ce qu'ils font, dans le seul but de créer.

Bien évidemment, je retiens également l'énorme bande-annonce de cette édition, qui a engendré beaucoup de "glouglou" et de "Lapiiiiins !" hurlés, ainsi que la bonne ambiance générale, les bruitages quand la lumière s'éteint dans la salle. C'est toujours réjouissant et ça reste bon enfant.

Trop de longs métrages sélectionnés tout de même, qui prennent beaucoup de place et empêchent un peu au programme de respirer. À moins bien sûr de faire six séances par jour mais pour moi, c'est juste impossible. Au dessus de trois, je sature et mon but n'est pas de me gâcher les séances par indigestion d'images.
Il faudrait néanmoins que je me penche un peu plus sur les films de fin d'études, quitte à gicler totalement les films de télévision, souvent bien trop calibrés pour me parler vraiment. Je devrais sans doute également un peu plus me pousser le restant de l'année à voir des longs métrages si j'ai la chance qu'ils soient projetés sur Annecy, histoire de me libérer des cases horaires durant le Festival puisque je les aurais déjà vus.
Les Midis du long sont vraiment une bonne initiative, permettant de questionner les réalisateurs des longs métrages projetés. Dommage par contre cette année d'avoir mélangé dans une même séance plusieurs films qui n'avaient rien à voir, ça gênait quand même le déroulement... Je regrette de ne pas avoir pu assister à un seul Work In Progress, où l'on rencontre une équipe en cours de création d'un long métrage, c'est bien souvent passionnant. Mais cette année, pas le temps et celui qui me tentait le plus était vraiment au mauvais moment.
Bref, tout un équilibre à remanier à chaque fois et même au bout de onze éditions, je rame toujours à le trouver. 

Reste à voir ce que sera le Festival 2013. Bonlieu est cette fois-ci censé fermé ses portes, en tout cas celles de la Grande et Petite Salle, pour deux ans de travaux, comment le CITIA va-t-il pouvoir gérer ça ? Sachant que la Grande Salle fait près de 1000 places et n'a aucun équivalent de cette taille sur Annecy à moins de nous balader bien loin du centre-ville. Je ne vois pas trop la solution...

Bon, on verra ça l'année prochaine. Cette édition a été fort sympathique et a permis quelques belles découvertes, tout en donnant envie d'en faire encore plein d'autres et de garder les yeux ouverts (ce qui reste un travail de chaque instant, mine de rien). Et si un jour, j'apprends à tenir un minimum une conversation, je pourrai peut-être même un peu mieux profiter des rencontres que le Festival permet au gré des files d'attente ou des minutes à tuer avant une projection.
Le Festival 2012 est fini mais la curiosité ne s'arrête pas...

Et puis hop, quelques photos rapides de l'expo consacrée aux Mystérieuses Cités d'or, à la bibliothèque :

Les Mystérieuses Cités d'or
Les Mystérieuses Cités d'or
Les Mystérieuses Cités d'or
Have fun, be curious !
(Oui, moi aussi je peux me la péter avec des mots en anglais !)

Article modifié le dimanche 10 juin 2012, 19:31

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Herbv Herbv ·  11 juin 2012, 18:48

Merci pour tes comptes rendus, ça m'a ramené quelques années en arrière (bon, 2010, ça n'est pas si loin, non plus).

Il n'y aura plus de Serge Bromberg ? Il a été le directeur artistique de toutes les éditions que tu as suivi, tu te rends compte du changement que ça va faire ? Il personnalisait vraiment le festival !

Sa présence va me manquer l'année prochaine, si je suis bien là comme le je prévois (je veux voir à quoi ressemblera cette édition sans Bonlieu).

En tout cas, je sens qu'on ne va pas trop s'amuser à "Annecy à Paris" à la fin du mois tant les courts primés semblent tous manquer d'ambiance festive et d'humour débridé :)

Morgan Morgan ·  11 juin 2012, 19:22

Eh oui, 14 ans qu'il était là, le Serge. Mais bon, le nouveau directeur artistique sera sans doute très bien. Mais saura-t-il faire monter l'ambiance aussi bien ? On verra...

aucune annexe



Voir aussi

affiche02.jpg

FIFA'12 : Le palmarès !

Après une semaine riche en projections, le palmarès de cette 36ème édition vient d'être dévoilé lors de la cérémonie de clôture du Festival d'Annecy.LONGS MÉTRAGES Cristal du long métrage Le Voyage...

Lire la suite

La canaille "J'ai faim"

FIFA'12 : Films de commande

13h30 : Plus qu'une séance pour terminer ce Festival d'Annecy et comme chaque fois depuis quelques années maintenant, j'aime pouvoir finir avec les films de commande, à savoir pubs, clips, films...

Lire la suite