Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'12 : Long métrage Le magasin des suicides

9h : Bon, la pluie est de retour et remet quelque peu en cause mes plans de la matinée. J'avais prévu de faire un tour au MIFA, que je n'ai jamais vu en onze ans de Festival (même si ça n'a pas d'intérêt pour moi précisément, j'aimerais juste voir une fois), mais une quinzaine de minutes de marche sous la flotte, ça me tente assez moyennement. De plus, j'ai appris hier soir sur le site officiel un changement de programme qui pourrait bien être à mon avantage : un long métrage n'étant a priori pas disponible, il a été remplacé par le Magasin des suicides de Patrice Leconte, qui était prévu pour n'être projeté qu'une fois ici, durant la soirée d'ouverture de lundi. Vu que lors de sa sortie nationale, en septembre, il y a peu de chance que j'aille le voir du fait de ma flemmardise aiguë dès qu'il s'agit de sortir de chez moi...

Oui mais voilà, dès la descente de bus à Courier, je vois que je ne suis pas la seule à avoir eu cette idée : déjà la queue devant l'entrée du cinéma. OK, on oublie le petit dej' habituel, je me prends juste une brioche à manger dans la file d'attente. Ça caille, quand est-ce qu'on entre ? Ah, ça y est, ça bouge, nous voilà au moins au sec et au chaud à l'intérieur. Certains s'inquiètent de ne pas avoir de ticket mais pas de souci, vu la programmation de dernière minute, il n'y en a pas besoin.

Ah oui, un peu de monde...
Comme d'habitude dans pareille situation, l'organisation est un brin foireuse et une femme essaie de hurler les instructions pour ceux qui comme moi attendent d'entrer en salle 3 ou 4, histoire de ne pas gêner les autres. Je discute avec deux festivaliers dont un a entendu parler de la fermeture de Bonlieu pour l'édition de l'année prochaine. Je leur explique que ce sera en travaux et qu'on ne sait pas trop comment ça va être géré, vu que Bonlieu regroupe tout l'accueil du Festival ainsi que la salle principale de près de 1000 sièges, qui n'a aucun équivalent dans Annecy. Et à la femme qui n'a pour le moment vu que le Décavision, je conseille de faire une séance à la Grande Salle de Bonlieu quand même, si elle veut vraiment voir de l'ambiance...

Je file en salle 3, ah mince, des lunettes 3D ? Comme ça m'étonne, à croire que dès qu'on veut faire un film d'animation grand public en France, on doit forcément se la péter 3D. La salle se remplit vite, séance évidemment pleine vu le nombre de gens qui attendaient dehors. Mais au final, je ressors encore une fois assez déçue...

L'affiche
Il s'agit donc du Magasin des suicides de Patrice Leconte qui signe là son premier film d'animation, se basant sur un roman de Jean Teulé. L'idée de base a de quoi surprendre puisque dans une société dépressive (enfin, pas moins que la nôtre, hein), un magasin se propose de vous aider à en finir en vous vendant divers accessoires garantis pour leur efficacité : "décédé ou remboursé", telle est la devise de la famille Tuvache depuis 1854. Mais quand naît Alan, le troisième enfant de la famille, les choses commencent à changer : cet enfant sourit tout le temps, chantonne, bref irradie de bonheur au grand désespoir de ses parents. Forcément, un môme qui rigole dans un magasin qui vend cordes et poisons, ce n'est pas bon pour les affaires...

Le magasin des suicidesJ'avoue ne pas trop comprendre les divers choix du film : d'un côté on est dans le politiquement incorrect en parlant constamment de la mort, du suicide, en le montrant clairement, c'est plutôt glauque et cynique avec des couleurs pas bien chatoyantes d'ailleurs, de l'autre on nous balance des chansonnettes à la Disney toutes les 5mn. Chansonnettes qui édulcorent tout, cassent le rythme et empêchent de comprendre certaines phrases, moins audibles en chansons qu'en simples dialogues. Le côté musical se voulait sans doute pour accentuer le côté ironique et paradoxal de l'ensemble, je le trouve déplacé.

Le magasin des suicidesAutre souci : il n'y a pas d'histoire. En dehors de l'idée de base du magasin vendant du suicide sur demande, il n'y a rien, il ne se passe rien, juste une succession de dépressifs et des différents moyens d'en finir. C'est à peine drôle, surtout glauque et simpliste, n'est pas Tim Burton qui veut quand il s'agit de mettre la mort en images.
Aucune histoire donc, juste un retournement de situation prévisible vers la fin qui ne fait qu'augmenter la dose déjà bien pesante de manichéisme ambiant : on passe de "la vie c'est nase, vaut mieux se flinguer", sans aucune subitlité, aucune demi-mesure, aucune réflexion, à d'un coup "la vie c'est trop cool, la mort ça craint". Avec en prime une bonne dose de bons sentiments simplistes. Aucune subtilité, rien. Les personnages, principalement la famille Tuvache, ne sont pas développés, restent eux aussi manichéens, sans aucune recherche, aucune profondeur.

Le magasin des suicidesCe n'est évidemment pas la 3D qui va changer quelque chose à ça, inutile, sans intérêt, gadget m'as-tu-vu dont rafolent les producteurs français pour pouvoir dire après "ouais nous on fait comme les américains !!".

Oh ?Le résultat reste évidemment tout à fait regardable, c'est bien fait, bien animé mais ça reste un divertissement assez longuet qui se veut au départ un peu provocateur sans rien avoir à dire vraiment derrière. Mouais...

Et vu que j'ai quand même super bien vendu ce film, je termine juste en disant qu'il sort dans les salles françaises le 26 septembre 2012 :)

En quittant le cinéma, j'aide une festivalière à s'y retrouver : la sortie du complexe est aussi peu pratique que peu conviviale, on ne peut pas le nier (on nous fait passer par des sorties de secours grillagées bien glauques).
Je file déposer un paquet à la Poste, retourne à Bonlieu en mangeant mon sandwich, tente de trouver un ordi en salle Presse, mais avec 7 PC dispo pour 300 journalistes, il ne faut pas rêver. Je pars donc m'installer tranquillement à la bibliothèque, qui au moins est au calme, spacieuse, grande, avec un Wifi qui fonctionne. Voilà, premier compte rendu fait !

Article modifié le samedi 09 juin 2012, 16:54

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

Oh, le beau temps...

FIFA'12 : Mon petit bilan de la semaine

Voilà, cette 36ème édition du Festival International du Film d'Animation d'Annecy vient de s'achever après une semaine gorgée de projections, de rencontres et de découvertes. Que peut-on en dire...

Lire la suite

affiche02.jpg

FIFA'12 : Le palmarès !

Après une semaine riche en projections, le palmarès de cette 36ème édition vient d'être dévoilé lors de la cérémonie de clôture du Festival d'Annecy.LONGS MÉTRAGES Cristal du long métrage Le Voyage...

Lire la suite