Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'12 : Courts métrages 3

14h : Forcément, la salle est déjà bien remplie mais je parviens encore à me trouver une place sympa en bout de rangée.
Bon, chaque année, il y a bien une séance de courts métrages plus rude que les autres, j'ose espérer que c'est bien celle-là et que les deux prochaines seront plus réjouissantes. Parce que c'était tout de même un peu violent pour le coup (24 sur 50 pour mes notes)...

Second HandLe premier court pose les bases de la séance : la sieste vous attend (et certains ne s'en sont pas privés durant 1h30... Qu'es-ce que ça a roupillé...). Il s'agit de Yonalure : Moment to Moment d'Ayaka Nakata et Yuki Sakitani pour le Japon. Un court très doux et poétique... mais franchement pas évident à suivre, alors...

Heureusement, le deuxième est bien plus accessible. Second Hand d'Isaac King pour le Canada montre deux manières de vivre : d'un côté, le psychorigide agressif, qui fait du bruit, est réglé comme du papier à musique, consomme et jette tout sans se poser de question, s'agite, court, bref, épargne bien des secondes mais pour en faire quoi ? Ses voisins, un petit couple bien tranquille, préfèrent au contraire faire dans la récup jusqu'au boutiste, prenant leur temps pour tout, quitte à force à risquer un peu la catastrophe quand même. Finalement, ces trois-là ont beaucoup à apprendre des uns et des autres, histoire simplement de trouver un équilibre... Court vraiment bien réussi, drôle, rythmé, intelligent.

TunnelOublions le suivant, Nak-ta-deul de Jee-Youn Park, long (10mn en VOSTA...), parce qu'on n'a pas envie de se faire du mal : mal dessiné, mal animé, l'auteure partant dans un délire surréaliste blindé de symboles totalement incompréhensibles. Argh...

Le suivant n'est pas évident non plus mais on le comprend : Tunnel de Maryam Kashoolinia pour l'Iran. Très sombre par l'utilisation de poudre - animation souvent assez pesante avec ça - mais très sombre aussi par son thème où l'on suit un homme devant creuser un tunnel au mépris du danger, des gardes et des effondrements, pour trouver à manger... Référence directe - expliquée à la fin - au blocus de Gaza ayant conduit à la mort des centaines de personnes. Un peu sec et âpre mais intéressant.

Tchaikovsky. Elegia de Barry J.C. Purves pour la Russie et la Biélorussie utilise la technique préférée en animation des pays de l'est, les marionnettes, qu'ils maîtrisent souvent parfaitement. C'est le cas ci où pendant 13 mn, on nous met en scène la vie du grand compositeur russe, avec ses souvenirs et ses créations musicales. Intéressant mais un peu longuet quand même, déséquilibré peut-être. N'empêche, ça me donne envie de réécouter du Tchaikovsky, je ne pensais pas connaître autant d'airs...

Le Grand Ailleurs et le petit iciPassons le suivant, rapide mais énigmatique, et passons-en également encore un, sacrément ardu. Le Grand Ailleurs et le petit ici de Michèle Lemieux (Canada), avec en sous-titre si je me souviens bien 4 méditations sur l'espace et le temps. 14mn. Ouch. Techniquement, c'est tout de même impressionnant, tout étant réalisé à partir d'un écran d'épingles. Pour le reste, j'avoue avoir très rapidement décroché, n'étant clairement pas du tout sur la même longueur d'ondes philosophiques que la réalisatrice, dont je ne doute ni du talent ni de l'intérêt de son message. Juste que je n'ai rien compris. Ce n'est pas l'avis de tout le monde, je vois quelques minutes plus tard quelqu'un acheter le DVD de son court métrage à la boutique...

Modern No. 2Modern No. 2 de Mirai Mizue nous montre des cubes et des pavés s'animer au rythme de la musique, voilà un pur exercice de style survitaminé (un peu trop quand même) qui a le mérite de ne durer que 4mn. Arigato.

On approche de la fin avec Being Bradford Dillman d'Emma Burch pour la Grande-Bretagne, où on suit une petite fille, Molly, bouc émissaire des enfants de son âge parce qu'elle est "bizarre", qui croit sa mère, portée sur la bouteille, quand celle-ci lui dit qu'elle est née garçon, nommé Bradford Dillman, qu'on lui a juste coupé le bout qui dépassait car elle voulait une fille. Molly s'invente alors un ami imaginaire, Bradford, histoire de combler sa solitude... Tout ça à coups d'éléments découpés, pas mal fichu, assez ironique, l'humour noir à l'anglaise.

Oublions le dernier court, Fiumana de Julia Gromskava pour l'Italie : j'avais déjà la tête à la suite et vu ce qui passait à l'écran, ça ne me donnait pas super envie de m'y plonger...

Bouarf !Reste une séance de courts métrages franchement ardue, un peu trop dans le conceptuel et le rêche pour moi. Je m'inquiète un peu pour celle de demain, vu les résumés...

Mais la suite plus immédiate, normalement, c'est un long métrage que j'ai envie de voir depuis un moment, Le tableau de Jean-François Laguionie. Déjà sorti au ciné mais je n'avais pas pu en profiter, je comptais me rattraper là. Oui mais voilà, vu le retard pris sur cette séance, la suivante risque de mettre du temps à démarrer et j'ai pour objectif d'être assez tôt chez moi pour vite traiter les comptes rendus et me reposer un peu. Mouais, ça ne collera sans doute pas, je préfère laisser tomber et en profiter un peu.
Ah ben, j'ai bien fait en fait : non seulement il y a déjà bien la queue devant la salle... mais en plus apparemment mon ticket a dû tomber tout à l'heure, je ne l'ai plus. Bon, tant pis, j'espère que quelqu'un a pu le récupérer et en profiter, ça me conforte dans mon idée.

Je passe à la boutique pour quelques babioles - j'achète un T-shirt du Festival chaque année - et j'en profite pour prendre Jung en photo, il est en train de finir ses dédicaces. Ahah, ça rattrape un peu mon raté d'hier.

Jung en dédicace
Bon allez, on se rentre, on tape ces comptes rendus et on se pose. La journée a déjà été bien remplie et je suis fatiguée.

Article modifié le samedi 09 juin 2012, 16:54

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

Oh, le beau temps...

FIFA'12 : Mon petit bilan de la semaine

Voilà, cette 36ème édition du Festival International du Film d'Animation d'Annecy vient de s'achever après une semaine gorgée de projections, de rencontres et de découvertes. Que peut-on en dire...

Lire la suite

affiche02.jpg

FIFA'12 : Le palmarès !

Après une semaine riche en projections, le palmarès de cette 36ème édition vient d'être dévoilé lors de la cérémonie de clôture du Festival d'Annecy.LONGS MÉTRAGES Cristal du long métrage Le Voyage...

Lire la suite