Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'12 : Les Midis du long Couleur de peau : miel

12h : J'arrive à Bonlieu et termine mon sandwich vite fait avant d'aller directement à l'Espace 60, au 1er étage. Jusqu'à l'année dernière, les Midis du long, permettant la rencontre avec l'équipe d'un long métrage présenté en compétition, avaient lieu au forum rencontre mais changement cette fois-ci : le résultat est sans doute plus propre et pro mais nettement moins convivial, dommage.

Quelque chose vous étonne-t-il dans cette photo ?
On attend jusque 12h25 que les sièges soient suffisamment remplis et je comprends alors un petit détail qui m'avait jusque-là échappé : quand ils disaient que ce midi, ce serait pour parler de Couleur de peau : miel ET de Tad, the last explorer, ils voulaient dire "en même temps". D'où la proposition de casques de traduction à l'entrée. Qui ne m'intéressent pas puisque ceux que je veux entendre parlent français.

Pour Couleur de peau : miel (je n'écouterai pas les propos sur l'autre film, ne l'ayant pas vu) sont présents Jung, Laurent Boileau, les co-réalisateurs , Jean-Jacques Lonni, le directeur technique et artistique, ainsi que cinq producteurs et co-producteurs. Eh oui, voilà un film qui a trouvé son financements dans plusieurs pays dont la France, la Belgique et la Suisse. Financements trouvés en présentant un trailer, la BD et un script de deux pages, comme ils nous l'expliquent...

L'équipe du film Couleur de peau : miel
Bon, décidément, cette séance est un peu épuisante, fait chaud dans cette salle, pas de clim, complètement fermée, pas de fenêtre, claustro s'abstenir, et on passe constamment d'un film à un autre, au travers des questions, en anglais, du modérateur Peter Debruge. Je parviens tout de même à prendre quelques petites notes, me permettant de voir ce long métrage d'un œil plus attentif.
C'est Laurent Boileau qui est venu trouver Jung après lecture de la BD, lui demandant alors s'il avait déjà fait ce retour dans son pays d'origine comme il en parle dedans. Vu que ce n'était pas encore le cas, il lui propose alors de le suivre pour en faire un documentaire pour la TV. Finalement, de fil en aiguille, le projet devient un long métrage proposant plusieurs types d'images mêlées. Un mélange qui semble d'ailleurs déboussolé certains, comme le montrera aussi les quelques questions du public pro, Laurent Boileau expliquant alors que cette idée n'était pas forcément prévue au départ mais qu'elle a fini par s'imposer d'elle-même, permettant de prendre la technique la mieux adaptée pour chaque situation à raconter et non juste utiliser une technique pour dire "waouh, regardez ce qu'on a fait". Il est même logique finalement qu'un film parlant du mélange des cultures et des pays soit un mélange de techniques lui-même...

L'équipe du film Couleur de peau : miel
À noter d'ailleurs que l'animation utilisée est de la 3D avec un rendu 2D, permettant de rendre au mieux le dessin de Jung, le travail des textures. Le dessinateur était plutôt tenté par la 2D mais ce sont les producteurs qui ont proposé l'idée de la 3D (mais pas la 3D à lunettes, hein !). Un premier travail a été fait pour donner un trailer permettant de montrer que cela fonctionnait parfaitement (et soit dit en passant, l'animation rend superbement dans le film). Le film est un mélange technique qui assume totalement ses différentes composantes, même si cela a demandé un énorme travail de post-production pour y arriver, devant jongler entre tout dans le montage.

Le travail semble d'ailleurs avoir été particulièrement rude, d'autant qu'habituellement, un film d'animation se fait à partir d'un scénario bien défini, une histoire finie. Ici, l'histoire, autobiographique, évoluait en même temps que Jung et son retour en Corée, son travail, tout se faisait donc quasiment au fur et à mesure, en flux tendu. La fin a même été écrite au tout dernier moment, alors que le mixage avait commencé. Un intervenant du public disait avoir trouvé cette fin très surprenante, abrupte : pas vraiment puisqu'on raconte la vie d'un homme, tant qu'il n'est pas mort, sa vie continue, il n'y a donc pas vraiment de fin, juste la fin d'une étape. Une fin particulièrement touchante d'ailleurs...

L'équipe du film Couleur de peau : miel
Le doublage semble également avoir été complexe. Ils ont évidemment pris des enfants belges pour les voix - trois d'entre eux devant doubler la fatrie étaient d'ailleurs réellement frères et sœurs mais ça n'avait pas été fait exprès - mais là où d'habitude, ils travaillent à partir d'images déjà faites, là ils ont doublé à partir de rien. Expérience complexe mais certainement enrichissante. D'ailleurs, l'histoire évoluant en cours de route, certains dialogues ont été refaits après coup pour donner un autre sens à une scène, plus en adéquation avec les modifications apportées.
Jung explique bien que pour lui, c'est une quête identitaire, une réflexion sur ce qu'il est, découvrant même grâce à son voyage en Corée que l'herbe n'est pas plus verte qu'ailleurs et qu'il y a déjà une femme qui est sa mère, même si ce n'est pas sa mère biologique. De plus, à ses yeux, un bon film est d'abord un film avec une bonne histoire, les techniques ne sont là que pour la raconter et n'ont pas d'importance en soi, elles ne sont intéressantes qu'à partir du moment où elles savent se faire oublier. Cela a demande beaucoup d'expérimentation, mais comme le dit le producteur, une expérimentation qui reste grand public, accessible. Le but était d'avoir un seul film, cohérent.

L'équipe du film Couleur de peau : miel
Et pour ma part, je suis d'autant plus impressionnée par justement la tenue et la cohérence du film de bout en bout, les transitions parfaitement gérées, les passages dans le temps, enfant, ado, adulte, qui donnent énormément de fluidité sans nuire à la lisibilité. Cela semble avoir été un vrai combat mais le résultat est parfaitement réjouissant.
Je quitte la salle un peu avant la fin, il est 13h45, ma séance de courts métrages m'attend. N'empêche, cette idée de parler de plusieurs films qui n'ont absolument rien à voir en même temps est curieuse et un peu perturbante...

Article modifié le samedi 09 juin 2012, 16:54

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

Oh, le beau temps...

FIFA'12 : Mon petit bilan de la semaine

Voilà, cette 36ème édition du Festival International du Film d'Animation d'Annecy vient de s'achever après une semaine gorgée de projections, de rencontres et de découvertes. Que peut-on en dire...

Lire la suite

affiche02.jpg

FIFA'12 : Le palmarès !

Après une semaine riche en projections, le palmarès de cette 36ème édition vient d'être dévoilé lors de la cérémonie de clôture du Festival d'Annecy.LONGS MÉTRAGES Cristal du long métrage Le Voyage...

Lire la suite