Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'11 : Les courts métrages 5

Grande Salle de Bonlieu
Il est 13h45 quand je suis installée pour ma dernière séance de courts métrages de la semaine. Espérons qu'on s'en sorte un peu mieux qu'hier.

On commence avec L'armoire de Zbigniev de Magdalena Anna Osinska pour la Pologne et la Grande-Bretagne. 15 mn de marionnettes en VO sous-titrée anglais. C'est toujours un peu flippant de se lancer dans un court de Pologne parce qu'on sait d'avance qu'il y a assez peu de chance qu'on rigole beaucoup. Celui-là n'a pas fait exception, nous montrant la vie d'un père et son fils, le premier tentant de gagner un peu d'attention du second qui préfère passer son temps à amasser des objets. Forcément, quand le paternel rend son dernier soupir, le fiston s'en veut de n'avoir pas profiter du temps où il était là pour être avec lui. L'ensemble est plutôt bien fait même si on ne comprend pas toujours tout - pas à cause des dialogues vu qu'il doit y en a avoir trois ou quatre - et finalement, les quinze minutes passent assez bien.
On continue avec Blind Date de Nigel Davies pour la Grande-Bretagne, sachant que ça nous vient des studios Aardman, bizarrement ça met en confiance. Pas de pâte à modeler ici, mais du dessin classique où l'on voit une gardienne de phare draguer sur Internet et donner des rendez-vous galants à des hommes qui risquent de galérer pour la rejoindre, au milieu de la mer... C'est assez court, plutôt drôle, avec un style graphique sympathique. Rien d'inoubliable mais efficace.
Le troisième part bien puisqu'il s'agit de Luminaris de Juan Pablo Zaramella pour l'Argentine. Et Juan Pablo Zaramella, je me souviens de lui pour son délirant Lapsus il y a quelques années. Ici le style est tout autre puisqu'il utilise des personnages humains qu'il anime à sa manière. Ainsi, dans un monde réglé au millimètre, un homme qui en a marre de sa vie ultra-cadrée va tout bousculer... C'est assez difficile de faire un résumé en fait, mais le rendu est vraiment sympa, joyeux, énergique et les 6 mn passent sans qu'on les voit. Ce court a été énormément applaudi et quand il est monté sur scène, le réalisateur a bien compris que la salle avait apprécié.
Je passe sur les trois suivants, pas mauvais mais... Entre le premier un peu trop tordu, le second joli visuellement mais à la narration en voix off rapidement gavante et le dernier vraiment longuet et pas franchement très compréhensible non plus... On arrive à Clean Carousel d'Andreas Bodker pour le Danemark. Pendant le visionnage, je ne pensais pas trop en parler mais la chute est quand même assez "osée" pour ça. Un homme entretient un manège pour la plus grande joie des enfants mais malheur à l'oiseau qui osera le souiller. Et pas que l'oiseau, d'ailleurs... C'est assez con, ça ne cherche pas le premier prix de beauté mais ça a un petit côté jouissif que la salle semble avoir bien apprécié.
Je ne sais franchement pas trop quoi dire de Millhaven de Bartek Kulas pour la Pologne (mais c'est moi ou on est blindés de courts polonais cette année ??). On y suit la jeune Loretta, racontant la malédiction de Millhaven. L'anglais du sous-titre ne m'a pas beaucoup aidée mais la folie qui se dégage de l'ensemble est plutôt intrigante. Vous pouvez d'ailleurs le voir sur Youtube.
On arrive alors au dernier, qui n'a de court que le nom car il dure quand même 30 mn. Il s'agit du Monstre de Nix de Rosto pour les Pays-Bas, la France et la Belgique. Rosto, c'est un univers. Je me rappelle avoir vu un de ses courts, Jona/Tomberry au Festival 2005 et ça reste une impression assez unique. C'est glauque, noir, malsain, très original, on accroche ou pas du tout. Ça m'avait vraiment interpelée à l'époque et j'avais hâte de voir sa nouvelle production cette année, dont des affiches couvraient quelques murs du Festival. Avec Le monstre de Nix, on est beaucoup moins dans le glauque morbide et infernal et ce n'est pas forcément pour me déplaire. On y rencontre Willy dans le joli village de Nix. Mais sa grand-mère, ainsi que beaucoup d'autres habitants, ont été enlevés par le monstre de la forêt que le petit garçon va tenter de combattre... Ça m'a fait penser au départ à du Tim Burton, un mix entre Sleepy Hollow pour la forêt et de Sweeney Todd pour les chansons. Puis le court prend son envol et parvient à rester vraiment prenant pendant ses trente minutes. Techniquement, c'est très beau, très fluide, de belles textures, sans oublier une histoire qui tient bien la route. On notera au doublage Terry Gilliam ou Tom Waits, quand même.
Vraiment sympathique pour finir la séance, et par la même occasion ma collection des cinq programmes de courts métrages en compétition cette année. J'ai l'impression que ça fait bien longtemps que je n'avais pas réussi à les faire tous et c'est ce qui me tenait à cœur pour 2011, mission accomplie. Reste à voir les courts qui auront charmé le Jury...

Bon, voilà, il est 15h40. Je pourrais courir à la salle Pierre Lamy faire la séance des courts métrages hors compétition 3 mais bof. Je vais plutôt commencer à écrire mes comptes rendus à la Bibliothèque.
À 16h40, je suis face à un choix : soit je rentre tranquillement pour bosser sur mes comptes rendus soit j'attends 18h pour ma séance de rencontre avec Leiji Matsumoto, celle de ce matin ayant été uniquement focalisée sur le film de Captain Harlock de 2013. J'hésite... Finalement, je me dis que j'ai eu la chance de pouvoir en profiter ce matin et qu'il risque d'y avoir du monde tout à l'heure, que la salle est toujours aussi petite et qu'il vaut mieux laisser ma place à quelqu'un qui n'a peut-être pas pu rentrer à 9h30. Je fonce donc donner mon billet au bureau d'échanges, j'espère qu'il fera un heureux...
Il ne me reste donc plus qu'une séance, les films de commande demain matin.

Article modifié le vendredi 10 juin 2011, 20:40

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

FIFA'11 : quelques vidéos

Comme promis, un dernier billet sur cette 35ème édition du Festival d'Annecy avec quatre vidéos.Tout d'abord, une première vidéo pour le lundi, mettre dans l'ambiance... Puis la vidéo du mardi,...

Lire la suite

FIFA'11 : Petit bilan personnel de la semaine

Voilà, cette 35ème édition du Festival International du Film d'Animation d'Annecy a fermé ses portes après une semaine très intense, blindée de films, avec une programmation tellement vaste qu'il...

Lire la suite