Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'11 : Les courts métrages 4

Décavision, 16h
Je suis totalement en miettes, je ressemble à un zombie... mais à un zombie assis à un bout de rangée pour être sûre de pouvoir partir quand bon me semble. Il faut dire qu'ils nous ont concocté un sacré programme des courts métrages...

Tout commence bien avec Nullarbor des australiens Alister Lockhart et Patrick Sarell. Pendant 10 mn, on suit deux voitures roulant au milieu de nulle part, l'une puissante, toute rouge, conduite par un jeune fou de la nicotine en manque, l'autre plus ancienne mais qui cache pas mal de chevaux sous le capot, avec au volant un vieux bonhomme qui n'est pas prêt à se laisser dépasser par la jeunesse. Ils rivalisent de vitesse et de relance pour constamment se pourrir mutuellement mais au final... Le tout est en 3D, extrêmement bien gérée, précise, détaillée, avec beaucoup d'expressivité et énormément d'humour. Une belle ouverture...
... et on déchante très vite sur les trois courts suivants, qui rivalisent d'ennui, de longueur, d'impression désagréable - le dernier parle pendant près de cinq minutes de chou... - bon sang, achevez-moi !
Je crains le pire au suivant, 15 mn, mais après une ouverture un peu inquiétante, le tout s'arrange. Il s'agit d'A Lost and Found Box of Human Sensation de Martin Wallner et Stefan Leuchtenberg pour l'Allemagne. On y suit un jeune homme qui vient de perdre son père et ne parvient pas à s'en remettre. Il déprime, s'immerge dans le boulot, les sorties, la boisson, la drague, puis voyage et devient froid et distant avec lui-même... Il s'agit d'une première œuvre et on peut dire qu'elle marque - pourtant, je n'étais vraiment plus réceptive depuis une bonne heure -, que ce soit par les monologues - Sir Ian McKellen et Joseph Fiennes, quand même - l'ambiance qui aurait pu être basiquement déprimante mais parvient à être très nuancée, assez subtile, le style graphique original. Ça remonte tout de suite le niveau de la séance.
Le suivant est sympathique dans son genre, Der Grosse Bruder de Jesus Perez et Elisabeth Hüttermann pour la Suisse et l'Allemagne, mais je serais bien en peine d'en dire quelque chose, en fait.
Il restait là deux courts métrages, l'un de 6 mn potentiellement intéressant, un autre de 26 mn beaucoup moins rassurant - l'animation slovaque en marionnettes a tendance à me rendre méfiante, surtout quand le résumé qu'on trouve dans le guide du Festival reste très évasif. J'ai préféré me sauver, n'en pouvant vraiment plus, histoire de pouvoir choper le premier bus dix minutes plus tard. Mais comment font ceux qui font plus de quatre séances par jour ? Même sans les comptes rendus à gérer, ça me rendrait dingue !! Je n'imagine même pas une minute me rendre à la séance de Tatsumi ce soir...

Je n'arrive pas à me décider vraiment sur mon programme demain, j'hésite entre plusieurs possibilités. On verra...

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

FIFA'11 : quelques vidéos

Comme promis, un dernier billet sur cette 35ème édition du Festival d'Annecy avec quatre vidéos.Tout d'abord, une première vidéo pour le lundi, mettre dans l'ambiance... Puis la vidéo du mardi,...

Lire la suite

FIFA'11 : Petit bilan personnel de la semaine

Voilà, cette 35ème édition du Festival International du Film d'Animation d'Annecy a fermé ses portes après une semaine très intense, blindée de films, avec une programmation tellement vaste qu'il...

Lire la suite