Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA'10 : Mai Mai Miracle

Décavision, 18h
Et le Japon dans tout ça, me direz-vous (Ou pas) ? Pour ma troisième séance de la journée, me revoilà au Décavision pour Mai Mai Miracle de Sunao Katabuchi, un long métrage hors compétition présenté à Annecy en VOSTF. Je m'installe tranquillement et en laissant traîner mes oreilles, j'entends à côté deux nanas discuter, apparemment l'une d'entre elles s'est fait accoster par deux gamins dans la rue qui voulaient les pins de son sac Annecy 2010. Collector !

Avec quinze minutes de retard, la séance commence enfin. Dans le Japon des années 50, voici Shinko, jeune écolière à l'imagination aussi riche que son épi sur la tête est voyant. Son grand-père ne cesse de lui raconter les histoires de la région mille ans auparavant, lui faisant ressentir la magie millénaire de la campagne environnante. Il n'en faut pas plus à la petite fille pour imaginer les anciens habitants, leurs maisons, leur quotidien. Voilà que débarque Kiiko, petite fille riche de la ville, timide et à l'air si triste, qui va avoir un peu de mal le premier jour dans cette classe de rustiques élèves bien éloignés des manières de Tokyo. Mais la curiosité de Shinko a vite fait de les rapprocher, sans oublier quelques chocolats fourrés au wisky qui vont leur faire prendre leur première cuite... Les deux gamines vont donc vivre leur quotidien au fil des cours et des histoires imaginées par Shinko, ainsi que des aventures avec les garçons du coin, constructeurs de barrages miniatures à leurs heures perdues.

Par le type de récit, l'ambiance, l'histoire, ce film m'a tout de suite fait penser à Omohide Poroporo d'Isao Takahata. Une petite fille des années 50, la campagne japonaise qui donne envie de dormir dans les champs, la camaraderie de l'enfance, les allers-retours présent-passé... Si on ne retrouve pas l'émotion très adulte finalement du film de Takahata, suivant une jeune femme devant apprendre de son passé pour créer son avenir, Mai Mai Miracle s'avère tout de même être un joli film plein de fraîcheur, très doux et tendre, du genre à faire remonter à la surface de la mémoire des spectateurs leurs propres souvenirs d'enfance, les bêtises, les rêves, les jeux, bref l'insouciance de ces années-là.
Les personnages sont sympathiques, Kiiko sort bien vite de sa réserve et n'a rien de la petite pouf des villes et Shinko est l'habituelle grande gueule rêveuse. Tout n'est pas forcément rose dans leur quotidien, comme pour tout le monde, il y a parfois des épreuves difficiles à surmonter, des épisodes de deuil, des blessures mais jamais on ne ressent ça de manière trop lourde ou pathos, rien n'est géré en pur mélo et c'est plutôt l'espoir et l'envie de découvrir, de vivre qui habitent tout le film.

Côté animation, on reste dans le classique pour ce genre de film, efficace et maîtrisé sans être spécialement spectaculaire. Les allers-retours entre le quotidien de Shinko et Kiiko et la vie de la petite princesse mille ans auparavant sont plutôt bien gérés, pas de temps mort, de perte de rythme et on s'y retrouve assez bien, même si le véritable intérêt de ces sauts dans le passé n'est pas toujours complètement évident : magie ou simple imagination débordante ?

Pas de regret en tout cas face à ce film plutôt sympathique. On est évidemment assez loin de la profondeur et de la poésie d'un Miyazaki - difficile de ne pas penser à Totoro quand la petite sœur disparaît, c'est quasi la même scène... - mais les décors sont très beaux, l'ambiance est agréable et s'il ne se passe effectivement au final pas grand-chose, il n'y a aucun but, aucun enjeu, on ressort de la projection assez apaisé. Rien d'inoubliable donc mais un joli petit film.

Quelques regrets par contre face au quart d'heure de retard du début qui me fait louper le dernier bus à cinq minutes près... Super pratiques, les bus qui s'arrêtent à 19h40...
Et demain ?

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

FIFA'10 : Le bilan

Le FIFA 2010 referme donc ses portes après une semaine intense de projections, rencontres, découvertes et autres curiosités. Quel bilan en tirer ?Pour ma part, je n'ai qu'un regret, ne pas avoir vu...

Lire la suite

FIFA'10 : Le palmarès

Comme chaque année, c'est durant la cérémonie de clôture du samedi soi que le palmarès a été dévoilé. Longs métrages Cristal du long métragePrix du public Fantastic Mr. FoxWes Anderson (Etats-Unis)...

Lire la suite