Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA J5 Courts métrages 5

Dernière séance de courts métrages qui me rabiboche avec le genre...

Bonlieu, 14h
Bon, bien que n'étant pas bien motivée aujourd'hui, je voulais tout de même voir le programme de courts métrages 5, ne serait-ce que pour le dernier proposé... J'ai bien fait.


Je fais la queue très tôt et me pose sur les marches devant une des entrées du théâtre en bouquinant Vampire Chronicles 1. J'entends deux femmes discuter dont une qui vient depuis une vingtaine d'années et qui assure à l'autre que le Festival a sacrément changé au fil des années et qu'il a pris une sacrée ampleur. On peut dire ça...
Une fois entrée, je me trouve la meilleure des places, avec de l'espace pour les jambes, bien au milieu, personne à ma droite, facile pour partir discrètement, le pied. Un de mes voisins, et pas un ado, bouquine, et je vois qu'il est plongé dans Nodame Cantabile 2... La salle est bien blindée et la bande-annonce d'Annecy est très suivie, avec ses applaudissements en rythme habituels et bien sûr les hurlements qui accompagnent l'apparition du lapin. je vois qu'on distribue largement les papiers de vote : ainsi, pour chaque séance en compétition, on a un papier de vote où sélectionner le meilleur film du programme ou lui attribuer une note pour un programme unique, histoire d'attribuer des prix du public lors du palmarès. Mais je n'ai jamais vu énormément de gens voter et je vois cette année qu'il y a moyen de participer à un tirage au sort pour gagner un voyage à Berlin si on remplit son bulletin de vote. Je confirme, ils doivent trouver que ça manque de votes...

Et les courts métrages 5 ? Plutôt sympa au final...
La séance a commencé avec Retouches de Georges Schwizgebel (Suisse, Canada). C'est une sorte de variation sur le mouvement, les dessins sont très simples, très doux, pas du tout agressifs mais toujours en mouvements, comme au fil d'une respiration qui ne s'arrête jamais. C'est assez hypnotique et relaxant, pas mal pour commencer.
Ca continue avec The Additional Capabilities of the Snout d'Ivan Maximov (Russie) dont je ne vois pas trop quoi dire à part... lapin ? Oui je fais un peu une fixette sur le lapin durant le Festival et apparemment je ne suis pas la seule... C'est une succession de petites scènes entre divers animaux qui font des... trucs, c'est bizarre, parfois drôle, toujours sans queue ni tête...
Le court suivant, Regarder Oana de Sébastien Leudenbach (France, Belgique) était assez original dans sa narration - une succession de scènes alternant des textes écrits avec des poudres, des pâtes, divers matériaux, et un dialogue entre deux membres d'un couple, une traductrice voulant écrire ses propres mots et son ami ne croyant pas vraiment qu'elle franchira le cap, sans jamais qu'on voit leur visage - mais quelque peu long et un peu illisible à force de vouloir écrire sur tout et n'importe quoi. Difficile à cerner au final...
Valise d'Isabelle Favez (Suisse) était assez simple, un couple se déchire, l'homme met la main sur une valise pleine de l'argent d'un braquage que ses auteurs ont paumé et recherchent, quelque peu prévisible, bref un ensemble techniquement et scénaristiquement un peu simpliste même si distrayant.
Lies de Jonas Odell commence, et j'espère alors qu'il va être intéressant vu ses 13mn... Il s'agit en fait de trois témoignages mis en image, celui d'un cambrioleur pourtant malin mais bêtement démasqué, d'un garçon qui endosse la responsabilité d'une bêtise pour en taire une autre, et d'une femme qui a menti toute sa vie par honte de ses origines, bref un triptyque sur le mensonge, ses diverses formes, ses contextes variés. C'est plutôt intéressant, tour à tour cocasse, subversif, émouvant. Le seul vrai souci était que le sous-titre n'était qu'en anglais et que le jour où les sous-titreurs comprendront que sous-titrer en blanc sur un fond blanc, c'est illisible, on aura fait faire un grand pas à l'Humanité...
Le court suivant s'intitule L'emploi de Santiago Grasso (Argentine) et part d'une très bonne idée : un monde où les êtres humains ont pour travail de remplacer les objets de la vie courante. Une lampe, une table, un ascenseur, une voiture, des feux tricolores ou même un paillasson... La technique était très simple mais l'idée vraiment bien trouvée et bien menée, même si on devine d'office la chute. Un bon moment.
Enfin, le dernier court ne peut pas trop laisser indifférent puisqu'il s'agit d'un nouvel épisode des aventures de Wallace & Gromit "A Matter of Loaf and Death" signé évidemment Nick Park (Grande-Bretagne). Cette sois-ci, Wallace et Gromit tiennent une boulangerie, comme toujours théâtre des inventions les plus folles et ingénieuses du duo, tandis qu'une menace pèse sur la profession : un mystérieux cereal killer a déjà tué douze boulangers... La technique animation de pâte à modeler est toujours aussi efficace et réussie, les dialogues aussi drôles, Wallace aussi crétin - comme son entourage n'arrête d'ailleurs pas de le souligner - et Gromit toujours aussi attachant, touchant, débrouillard, bref LA vedette du court. Certaines scènes sont hilarantes, le rythme est soutenu et dynamique, bref un vrai régal pour les yeux, les oreilles et les zygomatiques. Tonnerres d'applaudissements dans la salle pendant tout le générique de fin. Je crois d'ailleurs que Nick Park est en dédicaces en ce moment-même à la boutique du Festival...


Bref, voilà une séance plutôt réussie qui me rabiboche avec les courts métrages de l'année. Peut-être aurais-je dû me forcer à voir la séance 3, j'en ai plutôt entendu du bien, de même pour le long métrage Mary & Max que j'aurais pu voir mardi. Je ne serai pas étonnée que ce film-là récolte quelque chose... L'avant-première des Lascars semble également avoir beaucoup plu hier - j'avais Coraline à la même heure et c'était un rendez-vous que je ne pouvais pas manquer, dommage...
C'est en tout cas tout pour aujourd'hui, la rencontre avec Pixar ne m'ayant définitivement pas inspirée, n'ayant pas envie de passer 2h à tenter de comprendre des américains causer - je n'arrive pas à me faire à leur casque de traduction, je ne comprends rien - pour ensuite essayer d'en tirer quelque chose... Je préfère gagner du temps sur ma soirée en écrivant ce compte-rendu dans une salle de presse surchauffée...
Et demain ? Je vais tenter de voir les films de commande avec une invitée qui garde un mauvais souvenir du Festival qu'elle a pu faire il y a des années, si j'arrive à lui avoir un billet. On verra ça...

Article modifié le vendredi 12 juin 2009, 17:21

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Sil Sil ·  12 juin 2009, 15:25

C'est pas ma faute, j'étais en primaire et l'instit avait du choisir un programme traumatisant !!! :)

aucune annexe



Voir aussi

FIFA'09 Petit bilan...

Nous y voilà, le Festival'09 ferme définitivement ses portes aujourd'hui. Je dois reconnaître en garder des impressions assez mitigées.Ainsi, je garderai un très bon souvenir de certaines séances -...

Lire la suite

FIFA'09 Le palmarès

Le palmarès du 33ème Festival du Film d'Animation d'Annecy est donc tombé hier soir, dévoilé pendant la cérémonie de clôture.Longs métrages Cristal du long métrage : ex-aequo   Mary and MaxAdam...

Lire la suite