Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA J4 Les courts métrages 4

Une histoire d'amour foireuse, des mots interdits, un poulpe apprivoisé et possessif, une soubrette qui découpe... Voilà le programme de la séance !

Décavision, 16h
Ce qui est un peu agaçant - normal mais agaçant - c'est de se farcir à sortir dans la foule du Décavision pour ensuite devoir faire tout le tour de nouveau pour remonter dans les salles pour la séance suivante. Il y a comme une impression de déjà-vu qui flotte...
Cette fois-ci, c'est dans la salle 1, la plus grande, que je m'installe, prenant soin de me mettre au bout d'une rangée - pas de souci, l'écran est très grand et on garde un bon champ de vision - pour pouvoir partir facilement en cours de projection si jamais. Je reconnais commencer à être quelque peu fatiguée - j'ai très difficilement résister à un gros coup de barre durant Coraline - et la qualité assez moyenne des courts métrages depuis le début de la semaine commence à sérieusement me gonfler. Je ne ferai donc pas de quartier cette fois-ci. Mais finalement, la séance s'est avérée plutôt plaisante...

Tout commence, un peu difficilement pourtant, avec Muto de Blu (Italie). La technique employée est en tout cas très originale, puisque ce sont des dessins sur des murs qui sont photographiés puis assemblés pour donner l'impression du mouvement, alors qu'on voit bien les précédents dessins juste à côté. De plus, ils utilisent les volumes, l'espace des murs - murs taggués de deux villes - donnant ainsi beaucoup de rythme. Dommage par contre que les dessins en question ne soient pas franchement très agréables à regarder et qu'il n'y a aucune histoire, simple succession de scènes sans queue ni tête...
Continuons avec Le bûcheron des mots d'Izù Troin (France), un court de 11mn qui passe finalement assez vite, racontant la vie d'un homme dans un monde où les habitants se nourrissent de mots mais où certains livres trop profonds sont interdits et ceux qui les lisent marqués à vie et traqués. Le style graphique est là aussi assez original, je craignais d'ailleurs au départ que ça reste vraiment trop abstrait mais pas du tout. Seul petit souci à mon sens, la narration uniquement par voix off qui casse un peu l'immersion... Mais très beau en tout cas.
Enchaînons avec le jouissif About Love de Giacomo Agnetti (Italie). Jouissif pas forcément par sa technique- animation assez simple d'objets - mais par son histoire, celle de l'amour entre Adam et Jane, racontée d'une manière très scientifique par une voix off très drôle par son pragmatisme. Premier gros rire pour cette séance.
Je passe sur Vasilisa et Mei Ling, deux courts de 15mn chacun - ouch... - pas mauvais en soi, mais un peu trop simpliste et basique pour le très coloré premier, et avec un rythme trop décousu pour être bien lisible pour le second.
Q & A de Tim Rauch, Mike Rauch (Etats-Unis) nous met lui en image l'interview d'une mère par son fils atteint du syndrome d'Asperger - sorte d'autisme - c'est très simple, techniquement sans étincelle mais plutôt intéressant, d'autant qu'il ne dure que 3mn30, ce qui est bienvenu après deux courts de 15...
On va définitivement oublier Bait de Tomi Malakki (Finlande), sisi j'insiste, pour passer directement à L'homme à la Gordini de Jean-Christophe Lie, court totalement déjanté de 10mn, auquel j'ai eu beaucoup de mal à accrocher - pas trop mon type d'humour ni de dessin - mais dont je ne peux nier les qualités, auss bien de rythme, d'idées que de technique. Pensez donc, une banlieue où on ne porte ni slip ni pantalon et où aimer une autre couleur que le orange est interdit, forcément, ça pousse à l'insurrection complètement allumée...
Enfin, terminons avec le non moins déjanté Chainsaw Maid de Takena Nagao (Japon). Le pitch est simple : une soubrette sexy voit débarquer de méchants zombies qui en ont après son patron et la fille de celui-ci après que la mère ait elle-même été victime. Mais la servante ne va pas laisser ses employeurs se faire bouffer sans rien faire : elle a une tronçonneuse ! L'avantage de la pâte à modeler, c'est qu'on peut faire un truc ultra-gore sans pour autant devenir vomitif... Et là, pour le gore, le réalisateur s'est fait plaisir : les viscères qui volent, les têtes qui giclent, le sang qui bouillonne, les membres qui sont découpés, ça y va franchement... Les personnages sont modelés de manière très basique - de toute façon, ils finissent en purée rougeâtre - le film de 6mn s'avère plutôt jouissif, y allant à fond dans le genre série Z de zombies, avec des attitudes assez décalées et l'idée d'aller jusqu'au bout du n'importe quoi sans problème. Assez tordant pour finir la séance.

J'en termine donc pour aujourd'hui, et enfin, ce devrait être une soirée sans pluie sur le Pâquier pour les séances gratuites, contrairement aux jours précédents.
Par contre, je dois reconnaître ne pas du tout être motivée par le programme de demain : courts métrages 3 le matin qui semblent assez bof, courts métrages 5 à 14h mais il y a un Wallace & Gromit à la fin donc obligatoires, et enfin une rencontre avec des membres de Pixar sur Partly Cloudy et Up. Sympa mais je ne sais pas pourquoi, ça a du mal à m'emballer plus que ça...
A demain quand même...

Article modifié le jeudi 11 juin 2009, 20:56

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Robespierre Robespierre ·  11 juin 2009, 22:48

Et bien longue journée en effet , 5 sceances cette fois, avec un pti coup de coeur a Boogie el aceitoso, film argentin, très violent mais jouissif a pleins de niveaux. Le bien fait mais trop long , Mon chien tulipe, et ensuite alors MA grosse surprise, trouvé une place miraculeusement pour l'avant première des LASCARS, comme panique au village j'étais tres inquiet de voir sa sur 93 min , deja que les cours me plaisaient pas du tout. Et bien, énorme ambiance dans la grande salle et alors un film soutenu, ryhtme, bien concu et drole, caustique avant des peti clin d'oeil aux personnages des cours ( qu'on presque pas bonne idée bref j'étais pas chaud du tout mais bien fait de me forcer un peu ! , sorti 18h10 de la salle a peine en retard je fonce a déca, voir un long A journey on Saturn, ultra classique, me suis endormi 20 min et avec une climatisation a fond HORRIBLE, déca cte année c pas top. Voila et pour finir les cours mais piur cela la news de Morgan est la pour décrire cela.
Demain à nv 5 scéances..... fatigue commence a apparaitre ^^

Herbv Herbv ·  12 juin 2009, 22:54

5 séances par jour, t'es fou ! Remarque, c'est ce que j'ai fait jeudi :)

Au passage, j'ai beaucoup aimé "L'homme à la Gordini" ainsi que toute la salle qui l'a longuement applaudi.

aucune annexe



Voir aussi

FIFA'09 Petit bilan...

Nous y voilà, le Festival'09 ferme définitivement ses portes aujourd'hui. Je dois reconnaître en garder des impressions assez mitigées.Ainsi, je garderai un très bon souvenir de certaines séances -...

Lire la suite

FIFA'09 Le palmarès

Le palmarès du 33ème Festival du Film d'Animation d'Annecy est donc tombé hier soir, dévoilé pendant la cérémonie de clôture.Longs métrages Cristal du long métrage : ex-aequo   Mary and MaxAdam...

Lire la suite