Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA J3 Longs en cours La nuit des enfants rois

Découverte des coulisses de la création d'un des projets longs métrages d'animation français
9h, Bonlieu
Je viens de descendre du bus, il est bien tôt, trop tôt pour mon p'tit dej habituel - rien n'est ouvert pour ça - hop petit casse-croûte à emporter pris à la Mie câline, tandis que je me dirige vers Bonlieu.


Première séance de la journée, j'inaugure Les longs en cours en petite salle, à savoir une présentation d'un long métrage en cours de production par l'équipe. A 9h30, il s'agit de La nuit des enfants rois, l'adaptation du best seller de Bernard Lenteric sorti à la fin des années 80. Un bouquin que j'ai lu il y a une petite vingtaine d'années qui m'a très profondément marqué, fasciné pendant des mois et des mois. Je me demandais justement comment cela se fait qu'une telle histoire n'avait pas encore été adaptée au cinéma et voilà justement que j'apprends sa prochaine sortie...
Vous ne connaissez pas ? Il s'agit de sept enfants possèdant un QI phénoménal. Un homme, Jimbo, lui-même génial, les découvre et permet leur réunion au bout de quelques années. Mais la réunion tourne au drame quand les sept se font très violemment agresser dans Central Park en pleine nuit, déclenchant alors en eux une vague profonde de haine envers ce monde qui a laissé une telle horreur se produire. Ils vont donc monter tout un plan avec leurs capacités hors du commun pour détruire cette société qui ne les a jamais vraiment acceptés dans leurs différences et les a brisés. Machinations bancaires, manipulations, meurtres, ils ne reculent devant rien. Seul Jimbo peut les comprendre et peut-être les arrêter, à moins que lui aussi fasse déjà partie de leur groupe des enfants rois... 

Sont présents Aton Soumache (Onyx, producteur), Marc Missonnier (producteur), Viktor Antonov (direction artistique). Ils expliquent que ce film sera en 3D utilisant notamment la motion capture (des acteurs jouent avec des petits capteurs sur le corps) et notamment, c'est une première, une caméra capturant les yeux, leur dilatation, leurs micro-mouvements, toutes ces choses qu'un animateur ne peut pas rendre et qui peuvent tout changer l'expression faciale d'un personnage. Ils nous présentent un film de six minutes, créé pour être montré aux potentiels financiers histoire de leur donner envie d'y mettre leurs billes... Il faut savoir que le budget est d'environ 22 millions d'euros, dont 70% en financement international.
L'équipe du film vient d'horizons très divers : Antoine Charreyron le réalisateur s'est fait un nom dans les cinématiques de jeux vidéo, Viktor Antonov était designer industiel, peintre, photographe et s'est depuis illustré également dans le jeu vidéo, avec notamment la direction artistique de Half Life 2, Marc Missionnier producteur vient du monde du cinéma en prises de vues réelles, ayant alors quelque peu halluciné en découvrant le plateau de tournage de la motion capture et ayant insisté pour faire un casting de vrais acteurs, sans compter Aton Soumache, ayant déjà travaillé sur Renaissance, film en 3D français sorti voilà quelques années. Ils ont tous voulu prendre le meilleur de ce qui existait, sans s'encombrer des vieilles querelles entre les différents mediums, voulant créer de nouvelles passerelles entre les différentes techniques dans le seul but de raconter une histoire.

On peut se demander : pourquoi un film d'animation ? Les droits du livre ont été récupérés en 2002 et il était au départ prévu d'en faire un film live. Mais la violence du film, certaines scènes, les meurtres d'adultes par des ado, rendaient difficiles la réalisation d'un film avec de jeunes comédiens et l'animation permettait une plus grande liberté visuelle, de jouer sur une vision en décalage de la réalité.
Le scénario a été développé pendant cinq ans, histoire de l'adapter. Ainsi, le livre se passe dans les années 80, avec notamment une grosse arnaque à la CB qui n'aurait pas trop de crédibilité aujourd'hui, tout a donc été adapté. De plus, autre différence avec le livre, les enfants prodiges ne sont ici plus que cinq, repérés à l'aide d'un jeu et intégrés ensuite dans une sorte de jeu TV. Ils ont des capacités d'autant plus hors norme qu'ensemble, ils sont capables de manipuler et contrôler les autres êtres vivants.
Selon ce qu'ils ressentent, le rendu visuel change, la réalité se déforme au travers de leur regard d'ado en colère, et d'ailleurs seule l'animation permettait de jouer sur ce décalage.

Viktor Antonov nous explique alors précisément sa démarche, son travail, au travers de dessins de production. Ainsi quinze à vingt dessinateurs ont travaillé sur la pré-prod, faisant passer le film de sa partie scénarisée à enfin une première mise en image. Pendant sept semaines, ils ont dessiné tout le film en noir et blanc. L'identité du film se fait essentiellement sur la lumière, le rendu va se vouloir très dépouillé. Antonov explique qu'ils ont vraiment voulu créer un style visuel propre au film, ne cherchant pas la folie du détail que permet la 3D aujourd'hui, ne voulant faire ressortir que l'essence des choses.
Ainsi, il nous montre les immeubles avec peu de détails, tout ce qui était superflu, non nécessaire ayant été enlevé pour vraiment garder l'essentiel. Le rendu se veut très simplifié, sobre, décalé, adapté selon l'état émotionnel des personnages. Tout se passe à New-York, qu'ils ont photographiée pendant deux mois mais ils n'ont pas voulu jouer sur les codes et les symboles d'une des villes les plus connues au monde : pas de monument hyper-connu, pas de longues avenues, beaucoup de jeux de suggestion, pour réussir à faire ressortir les rythmes, les espaces, bref le coeur même de la ville, qui est un personnage à part entière du film, un peu comme une prison dans laquelle seraient enfermés les personnages.

Côté personnages, ce sont les dessinateurs Herrera et Ramos de chez Marvel qui ont été choisis, venus six mois bosser à Paris. Le rendu se veut à mi-chemin entre le comics et le photoréalisme. D'ailleurs ils sont aussi en train de travailler, si j'ai bien suivi, sur un comics qui sortira juste avant le film, sorte de prequelle axée sur Jimbo, permettant alors d'enrichir l'univers.

Viennent déjà les questions du public, dont une sur la censure. Je me souviens en effet de scène du livre assez dures - l'agression des enfants est très crue, les meurtres... - même si j'étais plutôt jeune et impressionnable à l'époque. Apparemment, aucune censure n'a été faite, la question s'est à peine posée - hormis Aton Soumache qui avoue avoir demandé "Euh, il doit vraiment y avoir viol ? Agression, c'est déjà pas mal... non ?" - le film ne se veut pas trash mais cible ado et jeunes adultes, ne cherchant donc pas le consensus mou.
Cet été, ils attaquent le rendu final et espèrent avoir fini aux alentours d'avril 2010, peut-être pour Cannes, en tout cas pour une sortie prévue en automne 2010. Une sortie relief semble également prévue, c'est à la mode en ce moment même si au final, peu de cinémas en France proposent ça...

La conférence était en tout cas passionnante et m'a donné envie de me replonger dans le livre. Ils étaient évidemment enthousiastes sur leur projet, reste maintenant à voir ce que ça va donner d'ici quelques mois : un bon film ou un flop ? Je croise les doigts pour le premier... Le travail présenté était en tout cas très intéressant aussi bien graphiquement qu'en terme de recherche, d'esprit.

Il est 11h, on sort de la salle et je vais d'office écrire ce petit compte-rendu alors que tout me reste encore en tête. L'expérience des longs en cours est en tout cas une excellente idée, permettant de découvrir un peu mieux tout ce qui permet la création d'un univers, d'un film. Passionnant.
Cet après-midi, changement de rythme avec d'abord Sword of the Stranger de Masahiro Ando au Décavision - hélas en VOSTA alors que c'était prévu en VOSTF -  puis L'étrange Noël de Mr Jack à Bonlieu en 3D (mais en VA)... Sacré programme !

Article modifié le mercredi 10 juin 2009, 20:39

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

FIFA'09 Petit bilan...

Nous y voilà, le Festival'09 ferme définitivement ses portes aujourd'hui. Je dois reconnaître en garder des impressions assez mitigées.Ainsi, je garderai un très bon souvenir de certaines séances -...

Lire la suite

FIFA'09 Le palmarès

Le palmarès du 33ème Festival du Film d'Animation d'Annecy est donc tombé hier soir, dévoilé pendant la cérémonie de clôture.Longs métrages Cristal du long métrage : ex-aequo   Mary and MaxAdam...

Lire la suite