Mangaverse en live !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

FIFA J3 L'étrange Noël de Monsieur Jack

Retour sur grand écran du chef d'oeuvre de Henry Selick, conte magique et fascinant sur Halloween...

16h, Bonlieu
J'arrive donc devant le théâtre passablement essoufflée, sachant déjà qu'il allait maintenant falloir patienter dans la chaleur de la foule. Je ne me suis d'ailleurs pas trompé, il y a du monde... A 16h, enfin, les portes s'ouvrent, et on avance à petits pas. Quand enfin j'entre, une bénévole me tend une paire de lunettes ainsi qu'une lingette pour nettoyer les verres, ce qui s'avèrera plutôt utile.


Malgré le monde, je m'en sors bien niveau place, beaucoup préférant se mettre très au fond de la salle. Vers 16h15, Serge Bromberg monte sur scène pour présenter la projection du jour, à savoir L'étrange Noël de Monsieur Jack évidemment en présence de son réalisateur. Celui-ci monte sous des applaudissements nourris. D'office, il s'excuse, non, il ne s'appelle pas Tim Burton mais c'est bien lui, Henry Selick, qui a réalisé le film ! Serge Bromberg lui demande d'ailleurs la génèse du film, l'implication de Tim Burton...
Henry Selick explique que l'idée date de 1983 quand Burton travaillait alors chez Disney à qui il propose donc de faire un film de télévision sur le sujet. Mais ça ne correspond pas vraiment aux ambitions de Disney à l'époque, Burton part et commence la carrière qu'on lui connaît. Quelques années plus tard, l'idée ressort et est reproposée à Burton. Selick est engagé pour la réalisation tandis que Burton travaille sur Batman Returns et Ed Wood. Le réalisateur nous explique qu'ils envoyaient tous les jours les scènes à Burton pour avoir son avis et qu'il disait tout le temps "I love it ! I love it !" sauf une scène qu'il trouvait pas assez sombre...
Quant à la version 3D proposée aujourd'hui, c'est un cadre de chez Disney qui a assisté à une démo de la technique sur un extrait de Chantons sous la pluie volà trois ans et il a alors trouvé l'idée intéressante. Enfin, Selick se réjouit de voir qu'un film datant déjà de quelques années continue d'attirer du monde - la salle est archi-comble - et il espère que d'autres de ses personnages connaîtront un jour le même sort.


D'ailleurs, Serge Bromberg remarque une petite figurine à ses pieds. Selick explique que oui, il ne sait pas qui c'est mais elle n'arrête pas de le suivre partout où il va depuis le début du Festival et elle n'a pas l'air de se lasser... Evidemment, la figurine en question s'appelle Coraline, héroïne du film du même nom sorti aujourd'hui en salle et que je dois d'ailleurs voir demain après-midi, s'agissant d'un long métrage en compétition.

La projection commence alors que tout le monde chausse ses lunettes. Je crois que ça fait bien longtemps que je n'avais pas entendu le logo de chez Disney se faire autant applaudir ! Vous l'imaginez ? Le château de la belle au bois dormant qui s'illumine... Eh ben, en 3D, ça en jette pas mal du tout ! Et le film ? Non, ne me dites pas que vous n'avez jamais regardé ce chef d'oeuvre ?!
Jack Skellington est le roi d'Halloween, chaque année, il est celui qui effraie le plus. Mais voilà, il en a un peu marre de cette routine et se sent un peu vide tandis que ses concitoyens de la ville d'Halloween se réjouissent déjà des prochaines éditions. Il finit alors par découvrir Christmas Town et se prend de passion pour Noël, se mettant en tête de devenir le nouveau Père Noël... ce qui n'est évidemment pas très approprié quand on a le chic de faire hurler de terreur les  enfants plutôt que de leur apporter des joujous et des sucreries...

Le film est donc fait avec des marionnettes, Selick étant parvenu à créer un univers absolument hallucinant, détaillé, cohérent, composé de milles détails plus fous les uns que les autres. Les personnages sont étonnants d'expressivité - spéciale dédicace à Sally, celle qui craque pour Jack mais n'oublie ni sa raison ni son intelligence pour autant - et les péripéties s'enchaînent sans temps mort. Je me demande même toujours comment il peut se passer autant de choses en seulement 1h13 et je crois redécouvrir des choses à chaque visionnage.
Evidemment, là on découvre le film sous un nouvel angle avec la 3D - je continue de trouver ça un peu gadget mais certaines scènes sont vraiment d'autant plus sublimées. Et n'oublions bien sûr pas la mangifique partition de Danny Elfman, entre les chansons devenues désormais mythiques - le public tapait des mains en cadence pour les premières notes de This is Halloween ! et entendre What's this ? m'a donné la chair de poule - et la musique instrumentale sachant donner une identité émotionnelle à chaque scène. A noter d'ailleurs que la projection était ici en VA donc sans sous-titre. Je me demande en fait si la 3D n'empêche pas l'utilisation de sous-titres... Mais cela n'a aucunement été une gêne pour suivre, même si je me souvenais pas de tous les dialogues et si je ne les comprenais pas tous, il y avait tellement à voir et à admirer à l'image... Et franchement, c'est un film à voir absolument en VO, la VF fait perdre énormément.
Bref, voilà assurément un film qui a su marquer son époque et près de seize ans après, il n'a rien perdu de son charme, continuant à halluciner le spectateur par ses qualités autant techniques qu'artistiques. Même l'avènement de la 3D par ordinateur aujourd'hui n'a pas réussi à détrôner la qualité de ce film, pas du tout ni démodé ni daté le moins du monde. Une oeuvre donc toujours aussi bluffante et réjouissante qui ne prend pas une ride, conte magique et fou sur la tolérance, le respect de soi-même et de ce qu'on est, petit hymne aux sales gosses un peu farceurs...

Etonnamement, je sors sans avoir du tout mal à la tête, preuve que la 3D doit être plutôt bien faite - j'ai regardé quelques secondes le film sans les lunettes, c'était évidemment un peu flou, les deux images étant décalées pour réussir l'effet - avec juste une fatigue visuelle bien compréhensible après trois séances en une journée...
Demain sera également une journée très chargée, entre GITS, Coraline et les courts métrages 4... A demain !

Article modifié le mercredi 10 juin 2009, 20:49

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



Voir aussi

FIFA'09 Petit bilan...

Nous y voilà, le Festival'09 ferme définitivement ses portes aujourd'hui. Je dois reconnaître en garder des impressions assez mitigées.Ainsi, je garderai un très bon souvenir de certaines séances -...

Lire la suite

FIFA'09 Le palmarès

Le palmarès du 33ème Festival du Film d'Animation d'Annecy est donc tombé hier soir, dévoilé pendant la cérémonie de clôture.Longs métrages Cristal du long métrage : ex-aequo   Mary and MaxAdam...

Lire la suite